EMALA 04
DASDEN des Alpes de Haute Provence
 

Apprendre à lire avec Twitter, un atelier à Ecritech

vendredi 12 avril 2013, par Véronique Brun

Nous avons eu l’occasion de rencontrer lors d’un atelier à Ecritech, un enseignant qui utilise Twitter en classe de CP pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

Partant de l’idée qu’apprendre à lire est fortement lié à la pratique de l’écriture, Jean-Roch Masson, enseignant de CP à Dunkerque s’est engagé depuis 3 ans dans un projet d’écriture utilisant Twitter.

Après un bref historique de ce média social en constante progression (11 comptes créés par seconde dans le monde) et un rappel de ses caractéristiques, il nous présente les raisons pour lesquelles il a choisi ce support d’écriture plutôt qu’un autre.

JPEG - 88.4 ko
Séance de rédaction de tweets aux journées de l’ORME 2013

Pourquoi avoir choisi Twitter ?

Twitter pousse les élèves à agir, ils ne sont pas passifs et cela les motive. Twitter permet la création et ses usages sont variés : certaines classes ont des rituels d’écriture (date, météo, « devoirs »...), d’autres se lancent dans des défis mathématiques, technologiques et communiquent les résultats par le biais de tweets agrémentés de photos, de dessins... certaines participent à des concours d’écriture tel le festival de Twitthaikus, d’autres enfin s’en servent pour obtenir des réponses à des questions auprès de personnalités (par exemple les skippers du Vendée Globe....).

Les caractéristiques propres aux tweets (140 caractères, circulation de l’information, dimension publique) s’adaptent forcément à une pratique rédactionnelle quotidienne et réelle des classes. La motivation d’être lu par tous donne un réel sens à cet apprentissage.
La facilité d’utilisation et la mobilité de ce support (smartphone, ordinateur, tablette) permet un usage aisé de cet outil.

Comment ?

Les « Tweetclasses » dans le primaire se dotent d’une compte classe (identifiant et mot de passe détenus par l’enseignant) et s’abonnent à d’autres Tweetclasses, ce qui constitue une réseau.
Après quelques semaines d’utilisation, la nécessité de se doter d’ une charte d’utilisation de Twitter se fait sentir et elle permet de fixer ce qui est permis ou non, sachant que cela favorise un travail sur les compétences du B2i concernant la partie « Internet responsable ».
Cet enseignant a fait le choix de passer par une étape « écriture manuscrite » dans le cahier d’écrivain, puis correction par le maître, ce qui parfois parait lourd pour certains élèves.

Y a-t-il des dérapages ?

L’enseignant rapporte une anecdote amusante concernant Twitter mais aucun débordement grave n’a été constaté.
Cela est certainement dû au fait qu’il existe une relation de confiance entre l’enseignant et les familles. Cela permet de régler rapidement les problèmes lorsqu’ils surviennent.

En conclusion, optimisme et motivation restent les maîtres-mots de ce projet tout en gardant à l’esprit que Twitter reste un outil au service de la pédagogie et non l’inverse.

 
DASDEN des Alpes de Haute Provence EMALA 04 – Responsable de publication : Mme l'IEN adjointe au DASEN
Dernière mise à jour : jeudi 8 octobre 2015 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille